La gestion de l’eau est un élément crucial de notre processus de fabrication de vin biologique et de notre domaine viticole. En ce sens, nous surveillons attentivement et continuellement notre système d’irrigation, nous maximisons l’infiltration de l’eau de pluie et restaurons la retenue présente sur le domaine afin de réutiliser l'eau recueillie. Cela nous permet de proposer un vin élaboré avec la plus grande attention. 
Parmi les facteurs que nous devons prendre en considération, il y a notamment les précipitations méditerranéennes. Faibles voire inexistantes en été, elles sont principalement concentrées en automne et en hiver, et sont peu fréquentes mais très intenses. La soudaineté des précipitations et le relief du terrain favorisent l’érosion du sol, ce qui peut engendrer une perte de terroir. La végétation du massif forestier a été touchée par quatre incendies au cours des 100 dernières années. Il s’agit donc d’un phénomène particulièrement important. Les températures élevées accentuent l’évapotranspiration de la végétation, ce qui augmente également le risque de départs de feu.  

Toutefois, nous avons amélioré l’infiltration sur nos vignobles en ralentissant la vitesse d'écoulement de l’eau et en décompactant le sol grâce à des couverts végétaux, offrant ainsi une meilleure protection contre l’érosion et les incendies. La réutilisation des eaux usées prévue prochainement permettra quant à elle de réduire davantage encore notre consommation d'eau. 

HYDROLOGIE RÉGÉNÉRATRICE

Pour mieux lutter contre l’érosion et améliorer les réserves en eau du sol de nos vignobles, nous appliquons les principes de l’hydrologie régénératrice : ralentir, répartir, infiltrer et stocker. À l'issue d'une étude réalisée sur la gestion de l’eau dans le domaine, nous avons mis en place des solutions basées sur la nature, adaptées et installées aux endroits les plus stratégiques afin de respecter les principes mentionnés précédemment. Avant de les appliquer aux 150 hectares du domaine, nous avons défini une zone d’essai pour les différentes structures, parmi lesquelles des baissières, des mares temporaires, des bassins de rétention et des fossés de drainage.


Ces structures ont démontré leur efficacité dès les premières pluies, en ralentissant considérablement la vitesse d'écoulement de l’eau, en stockant et en infiltrant une partie des précipitations et en faisant office de filtre à sédiments. En plus d’enrichir le sol en eau, ces zones humides sont propices au développement d’une biodiversité riche et à la fabrication de vin biologique. Notre programme de reforestation mis en place suite à l’incendie de 2017, qui a touché 15 % de notre surface boisée, va également être bénéfique pour le sol et contribuer à ralentir l'écoulement de l'eau, à la stocker et à l'infiltrer.
Réserve d'eau du Château Galoupet dans les bois protégés entourant les vignobles biologiques de Provence

VITICULTURE DURABLE

Outre la gestion de l’eau, l’adoption de pratiques de viticulture régénératrice nous permet d’enrichir le sol en matière organique ou en carbone afin qu'il puisse stocker plus d’eau, tel une éponge. Le couvert végétal, les haies et les bandes enherbées du domaine, qui s’inscrivent dans une démarche d’agroforesterie, enrichissent le sol et créent de l’ombre. Par ailleurs, les vignes sont conduites de manière à puiser de l’eau en profondeur.
Vue du vignoble biologique du Château Galoupet Cru Classé Côtes de Provence face à la mer Méditerranée lors d'un après-midi ensoleillé.